Faut-il qu'il y ait un mort à l'école Wagner ?

  

  

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT EDUC'ACTION



Nouvel incident ce mardi 9 décembre 2014 sur le site de l'ancien collège Mme de Staël, un échauffement dans le circuit électrique provoque un départ d'incendie dans une salle de classe. Cela a nécessité l'intervention des pompiers. Heureusement, les élèves n'étaient pas en classe.

Depuis la rentrée de septembre 2014, le site de l'ancien collège Mme de Staël est en effet occupé par les élèves de l'école Wagner, pendant la réhabilitation de leur école. Une situation qui devrait durer 2 ans.

Mais les élèves et le personnel est-il en sécurité dans ces locaux ? La question est légitime car une succession d'incidents émaille la vie de l'école.

Cela commence par la chute d'un morceau de la casquette du préau alors que les enfants sont dans la cour pendant la pause méridienne.

Ensuite, suite à une inspection des services municipaux, ce sont les pignons et les appuis de fenêtre dont on s'aperçoit qu'ils menacent de s'effondrer. Des travaux sont donc réalisés dans des conditions de sécurité précaires : les barrières servant à sécuriser la zone des travaux sont ponctuellement retirées d'une zone où pignons et appuis de fenêtres menacent de s'effondrer, des cloisons sont percées en présence des usagers et une élève reçoit des gravats, un enseignant voit une mèche de perceuse dépasser du mur au niveau de sa tête.

Le 12 septembre au matin, un tableau est tombé sur un enseignant. Heureusement, ce collègue n'a pas été blessé.

Les collègues qui ont dénoncé la mise en danger des élèves et ont voulu utiliser leur droit de retrait pour protéger eux-mêmes et leurs élèves se sont vus menacés de sanctions par l'Inspecteur de la circonscription Gérard Druon. Nous dénoncions alors, auprès du Rectorat, un abus d'autorité de sa part.

Une visite du Comité Hygiène et Sécurité -Condition de Travail (CHS-CT) conclut à l'absence de danger dans l'école mais les mandatés siégeant en CHS-CT viennent rencontrer les collègues en compagnie du même Inspecteur précédemment cité. La majorité des collègues quitte donc l'école sans avoir rencontré les mandatés du CHS-CT.

Aujourd'hui, mardi 9 décembre 2014, un incendie s'est déclaré dans la classe de la directrice. A l'issue de cet incident, les collègues de la classe non concernée ont été invités à regagner leurs propres classes car il n'y aurait plus de danger.

Combien d'incidents de ce type encore, et avec quelles conséquences dramatiques, devra-t-on attendre avant que des mesures ne soient prises pour la mise en sécurité des élèves et des personnels ?

La CGT Educ'Action exige que les élèves et les personnels soient transférés dans des locaux véritablement sécurisés pour des conditions de travail et d'étude satisfaisantes.